A la Découverte de la Dordogne et des Bastides

Rassemblement du 31 août au 07 septembre 2019
Camping « Domaine de Fromengal », Le Buisson-de-Cadouin
Samedi 31 août – Soleil de plomb
Les arrivées s’étalent de 14H00 à 18H00 selon les lieux de départ. Chacun prend possession de son hébergement, remonte et contrôle son vélo avant le grand départ du lendemain.
18H00 – pot de bienvenue offert par les propriétaires du Domaine de Fromengal. L’occasion de se retrouver, d’accueillir de nouveaux participants. Ambiance joyeuse et détendue ou l’on peut constater une parfaite osmose entre Cyclos Picards et Cyclos du Nord. L’un des objectifs des organisateurs est atteint.
Le repas du soir confirmera la qualité de la restauration, élément essentiel, voire primordial dans l’organisation d’un évènement inscrit sur la durée.
Comme chaque année, une présentation du séjour et des parcours (PPT) du lendemain est proposée. A l’évocation des dénivelées, l’inquiétude se lit sur certains visages alors que d’autres affichent une jubilation non feinte. Le Séjour est lancé.
Dimanche 1er septembre – Ciel nuageux le matin, ensoleillé l’après-midi, température agréable.
Au fil de la Dordogne
Le départ est donné à 9H00. Beaucoup plus de VAE que les années précédentes. C’est une évolution incontournable de notre pratique qui durant ce séjour permettra aux Cyclos(tes) possesseurs de ces machines, d’effectuer les parcours de 70 et 90 Km – dénivelés de 800 et 1000 m, en accompagnant les plus véloces.
A Limeuil, la confluence de la Dordogne et de la Vézère apparait, chacune des rivières est traversée par un pont, qui se joignent pour former un angle d’environ 160°. Après une montée sévère, un point de vue nous fait découvrir le cingle de Trémolat. Belle et douce Dordogne !
Le parcours se poursuit le long du canal de Lalinde, parallèle à la Dordogne – 15 Km de plat bienvenus. En aval, peu avant sa jonction avec la Dordogne, le barrage hydro-électrique de Tuilière la traverse. Il est équipé d’un ascenseur à poissons (anguilles, saumons, et autres poissons migrateurs) que nous visitons. Nous apprendrons qu’il en existe de nombreux sur la Dordogne.
Lalinde nous offrira notre première Bastide. Sur le retour se seront le Château de Lanquais, le moulin à papier de la Rouzique – XVI è siècle – (fabrication à partir de chiffons, fibres de lin et de chanvre).
Le retour au domaine se fait par une petite route forestière très pentue.
Lundi 2 septembre – Grand soleil
Bastide de Monpazier, Château de Biron, Belves
Après une descente de 3 km, Cadouin et son Abbaye Cistercienne du XII è, se révèle à nous. Pas d’arrêt, ce sera pour le retour.
Quelques Km plus au Sud, nous découvrons la fameuse Bastides de Monpazier, exceptionnellement conservée grâce aux travaux de rénovation effectués à partir des relevés exécutés par Violet Leduc. Une merveille du patrimoine historique du Périgord. La veille au soir, un exposé sur la construction des Bastides était proposé par les organisateurs pour permettre à chacun de mieux comprendre et appréhender ce phénomène architectural et social du Moyen-âge. Ce sera ensuite le Château de Biron, imposante construction du XII è au XVIII è siècle ou chaque siècle a laissé son empreinte, évoquant les vicissitudes de cet édifice monumental.
Le retour se fera par la Cité médiévale de Belvès – plus beau village de France – perchée sur un éperon rocheux. Visite de la ville médiévale et de N.D. de Moncucq, Abbaye en 830 puis prieuré à la fin du IX è siècle.
Mardi 3 septembre – Grand soleil
En Périgord Pourpre
Aujourd’hui direction le Périgord Pourpre et ses vignobles. Sur la route se sera d’abord la Bastide de Molières – Bastide inachevée (ou avortée) de 1282 ou subsistent l’église, la halle, une ou deux arcades de l’ancienne place, de belles maisons à colombages.
Sur notre route, le Château féodal fortifié de Bannes apparait sur une hauteur, éclairé par les rayons d’un soleil matinal qui en accentue couleurs et contrastes.
Direction Monbazillac. Son Château, propriété des vignerons de la cave coopérative, veille sur les vignes d’une prestigieuse appellation. Il mêle architectures Médiévale et Renaissance.
Après quelques Km, le Château de Bridoire, construction du XII è au XIX é siècle, dessine sa silhouette, On y organise aujourd’hui des fêtes médiévales.
Ce sera ensuite la ville d’Issigeac, cité médiévale du pays de Bergerac, construite sur une voie romaine reliant Agen à Périgueux. Des thermes Gallo-Romain y ont été découverts en 1994.
Suivra la Bastide anglaise de Beaumont-du-Périgord (1272) avec son église fortifiée de style gothique anglais, construite à la fin du XIII è siècle. La place centrale est particulièrement bien conservée avec des arcades qui abritent de nombreux commerces, comme au Moyen Âge.
Encore quelques Km et c’est le village de Saint-Avit-Sénieur et son Abbaye dédiée à Saint Avit, un ermite décédé en 570. Le village est sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
Mercredi 4 septembre – Grand soleil
Balade en Haut-Agenais
Ce mercredi nous quittons le Périgord pour prendre la direction du Hauts-Agenais ou le relief est plus doux. Sur une hauteur, après quelques Km, nous découvrons, Sainte-Croix-de-Baumont. L’église du XII è siècle aurait été administrée par les Templiers. Le prieuré était la résidence des Prieurs de Saint-Avit-Sénieur. Passage au lac artificiel du Brayssou. Le niveau est au plus bas en raison de la sécheresse de cet été caniculaire. Passage en Lot-et-Garonne peu avant Villeréal – Plus beau village de France. C’est une Bastide dont la place centrale est agrémentée d’une exceptionnelle halle à deux niveaux. Les charpentes remarquables et un escalier intérieur mettent en valeur le savoir-faire des compagnons charpentiers d’une autre époque. L’église est de style gothique méridional à nef unique et contreforts, répondant au besoin de refuge de la population en cas de guerre. Les vitraux sont magnifiques.
A l’extrémité du circuit du jour, sur une hauteur : Monflanquin. Plus beau village de France, et, assez rare, Bastide circulaire construite en 1269 sous l’égide d’Alphons de Poitiers, frère de Saint-Louis.
C’est un joli village médiéval avec de nombreuses maisons à colombages ou la place centrale a conservé la majorité de ses arcades. L’église fortifiée Saint-André a été construite par la population entre 1256 et 1290.
Monflanquin c’est aussi le château de Martel dont l’affaire des 11 reclus de la famille de Védrines défraya la chronique entre 2001 et 2009.
Au retour, Montferrand-du-Périgord nous révèle une halle du XVI è siècle, un château du XI è siècle ainsi que l’église Saint-Christophe de la même période dont nous ne pourrons admirer les fresques.
Jeudi 5 septembre – Grand soleil
Activités du jeudi
Point de vélo en ce jeudi. Après 4 jours de cyclotourisme « tonique » sur un terrain accidenté, avec des dénivelés journaliers compris entre 800 et 1000 mètres, les organismes ont besoin de repos. Nous allons à Bergerac pour une promenade en Gabarre sur la Dordogne et une visite de la vieille ville pour ceux qui le souhaite. La ville est très agréable.
L’apéritif des « Amis de la Cycl’Hauts-de-France » et le déjeuner sont servis à « l’Assiette du Libraire », à proximité de Bergerac. Qualité et Quantité sont au menu, à la satisfaction de tous. Dans l’après-midi, « Les Vignerons de Sigoulès » nous accueillent pour une visite de cave avec dégustation de différents vins de Monbazillac dont les fameux blancs Moelleux et Liquoreux. Les rouges du Bergeracois ne sont pas mal non plus.
Ce soir, au menu, Moules-Frites à volonté, quoi de plus normal pour un établissement dont les propriétaires sont originaires de Dunkerque. Appréciées de tous, petit clin d’œil à nos amis du Nord.
Vendredi 6 septembre – Grand soleil
La Vézère – Vallée de l’Homme
Pour notre dernière journée de vélo, direction la Vézère et la Vallée de l’Homme. Cette partie du Périgord Noir abrite une concentration exceptionnelle de sites préhistoriques majeurs, des villages troglodytes médiévaux et des gisements préhistoriques, signes d’une activité humaine importante depuis des millénaires.
Le point extrême de notre parcours sera le village des Eyzies-de-Tayac, capitale mondiale de la préhistoire. Une statue de l’Homme de Cro-Magnon, un Homo-Sapiens, trône à mi-falaise dans la grotte du Grand Roc, dominant la vallée de la Vézère et ses futurs semblables devenus Touristes, Cyclotouristes pour certains. Après un « frugal » déjeuner Périgourdin, nous reprenons la route en direction du Bugue, en longeant la bucolique et languissante Vézère. Un tour dans la ville et nous prenons le chemin du retour par une longue cote qui nous amène à la grotte de Proumeyssac dont l’une des particularités est la salle principale, l’une des plus hautes et vastes cavités de France.
Un parcours optionnel, sur le thème « Châteaux au fil de la Dordogne » a été proposé à ceux qui souhaitaient faire un peu plus de distance et de dénivelé.
Un dîner Périgourdin très apprécié par tous, termine le séjour. A l’issue du bilan de fin de séjour, un cadeau souvenir est remis à chaque participant.
Conclusion
L’édition 2019 de la Cycl’Hauts-de-France restera comme un très bon cru. Le Domaine de Fromengal, camping de pleine nature et de forêt, nous a offert un cadre idyllique pour la pratique du cyclotourisme.
La restauration quotidienne riche et variée a permis une bonne récupération, permettant à chacun de recharger ses batteries (en glycogène) après les efforts intenses de la journée.
Toute l’équipe, tant au niveau de l’hébergement qu’à celui de la restauration, a été à notre écoute, très attentionnés durant le séjour.
Le Périgord, ses paysages, ses petites routes, ses patrimoines historique et touristique, associés à des conditions météorologiques favorables sont également partie prenante dans la réussite et le succès de cet évènement.
A déplorer deux chutes sans gravité qui ont cependant nécessité un passage aux urgences (fractures poignets et malléole).
Lucienne/Daniel

Share This